Liste des ouvrages


disponible
45€
 
ajouter à ma commande

 p Lille p p gravure de b Gromaire b en frontispice p p Jouglet Rene p

 p Lille p p gravure de b Gromaire b en frontispice p p Jouglet Rene p

Lille

gravure de Gromaire en frontispice


Jouglet, René


Editions Emile-Paul Frères, collection "Portrait de France", Paris, 1926.


In-12, broché sous couverture rempliée et illustrée, 59 pp.


Un des exemplaires numérotés de l'édition originale sur vélin.


Bien complet du frontispice de Marcel Gromaire : gravure à l'eau-forte [9,5 x 12,5 cm.].


Bon exemplaire.



afficher le sommaire



L'écrivain Jean-Louis Vaudoyer dirigeait la collection "Portrait de la France" dans laquelle 34 volumes furent publiés, dont celui de René Jonglet (1884-1961) sur Lille.


Originaire du hameau de Carnoy, près du Quesnoy et de la forêt de Mormal, ce fils de cheminot fut brièvement instituteur avant de se lancer dans la carrière littéraire, la traduction (Joseph Roth) et le journalisme. Jouglet se fit surtout connaître pour ses nombreux récits de voyage à travers le monde et ses romans, qui tendaient au contraire à le ramener vers le monde humble de son enfance : Enfance et jeunesse et L'apprentissage témoignent en particulier de cette veine autobiographique. Georges Charensol avait dit de lui : "Sa nature généreuse l'inclinait vers les déshérités et ses livres témoignent de sa sympathie pour les réformes sociales."
Avec cet ouvrage, René Jouglet concilie en quelque sorte littérature de voyage et récits de souvenirs. Si toute ville devient imaginaire dès qu'elle se trouve réduite en mots par un écrivain, ainsi que le soutient Bernard Franck dans Les rues de ma vie (2005), la vision subjective de Lille n'empêche pas Jouglet de "saisir un peu de son être." (Dominique Noguez, Dans le bonheur des villes : Rouen, Bordeaux, Lille, 2006)
"Il s'est tenu cet hiver à Paris un salon des peintres septentrionaux : qu'il nous suffise de louer ceux qui prirent le souci et la charge de l'organiser. Matisse, invité, n'y figurait pas. Mais par ailleurs cette gloire européenne, ce Catésien, qui de nous à songé à s'enorgueillir de lui?", se désespère Jouglet. "Si, dans l'une de nos cités, l'on sonne les cloches à l'occasion d'un prix de Rome, je déclare en conséquence que c'est princièrement que l'on devrait accueillir cette haute intelligence novatrice."

"Je pense à ce jeune Gromaire", ajoute Jouglet, "qui naquit comme moi à l'orée de la forêt de Mormal et qui, dessinant à couleurs franche La Batelière et le Faucheur flamand, les Buveurs de bière et les Joueurs de quilles, nous révèle un tempérament de notre race, que nous ignorons ou que nous méconnaissons."



 



SUR LE MÊME THÈME